J’ai vu… The Dark Knight Rises

Et j’ai trouvé que c’était looong…

Vous allez me dire sérieusement qu’on ne pouvait pas raconter cette histoire en moins de 2 heures 44 minutes ? Maintenant que je l’ai vu, je vois très bien un grand nombre de scènes et de séquences qui n’apportent pas grand-chose.

À part ça, c’est un film sympa. Pas le meilleur des trois Batman by Nolan, mais pas mal tout de même. Personnellement, j’aurais apprécié un peu plus de combats et mieux chorégraphiés.

En gros, si vous avez la patience pour vous asseoir devant encore un Batman pendant presque 3 heures, vous devriez apprécier 😉

J’ai vu… Dragons

Dragons(ou How To Train Your Dragon, en anglais) est le tout nouveau film animé de chez DreamWorks. Vous savez, c’est les mêmes qui ont fait Shrek ou Madagascar, donc, même si mes compagnons de salle obscure étaient un peu réticents, j’étais sûr à l’avance que ce film serait génial.

Et il est génial !

Dans une salle pleine d’adultes (parce qu’en VO ça ne passe qu’après 20h à l’UGC Les Halles) on entend rarement autant de rires pendant un film (surtout autant de rires qui ne dérangent pas, pas qu’on a tous eu le mec qui riait trop…). Pourtant, il s’agit d’un film de vikings qui tuent des dragons !—Et du plus improbable des vikings qui devient “l’enfant qui murmure à l’oreille des dragons”, je pense que c’est ça qui fait le film.

Je ne sais pas trop que vous dire, à part :

  • Allez le voir au cinéma (et dites-moi ce que ça donne si vous le voyez en 3D, apparemment il a été fait pour IMAX 3D, mais je ne suis pas encore très convaincu par la 3D en général)
  • Allez le voir en VO ! Le choix des voix n’a pas été fait au hasard et vous allez rater tous les accents écossais (de Gerard Butler, entre autres)

J’ai vu… Alice au Pays des Merveilles

 On est déjà mardi au moment j’écris ces lignes ; c’est fou à quelle point le temps passe vite !

Voilà pour le petit moment « lapin blanc ».

Le fait est que cela fait déjà une semaine que je suis allé voir Alice au Pays des Merveilles (grâce à AlloCiné, soit dit en passant) et que j’ai eu la chance de croiser, pour la deuxième fois, Tim Burton, pourtant, je n’ai pas pris le temps de vous en parler. On va changer ça.

Tout d’abord, le résumé en 4 mots : un film à voir.

Certes, c’est loin d’être le meilleur Burton et ce ne sera pas le meilleur film de l’année—ou l’année s’annonce mal côté cinématographique—cependant, c’est un film qui vaut la peine d’être vu.

Par contre, n’allez pas le voir en 3D, ça ne vaut pas le coup ! Burton a tourné son film comme il sait très bien le faire : en 2D. Rien dans ce film ne fait appel aux potentiels avantages de la 3D (ou le relief, parce que je sais qu’il y en a qui tiennent à faire la différence). En revanche, le très bel univers conçu pour le film, un vrai « pays des merveilles », est terni pendant l’expérience 3D en raison des lunettes polarisantes… Le seul moment qui vaut la 3D c’est le générique de fin, mais bon, vous n’allez pas payer la location des lunettes juste pour ça quand même.

Ce que j’ai préféré dans ce film c’est clairement le jeu des acteurs. Chacun d’entre eux a su incarner son personnage de manière exceptionnelle. Même en dessin animé je n’avais jamais vu un Chapelier Fou aussi convainquant que Johnny Depp—de loin mon interprétation préférée dans ce film, alors que je ne suis pas grand fan de Depp—ou une Alice aussi authentique que Mia Wasikowska, sans parler des reines Blanche et Rouge. D’ailleurs, chapeau bas à Helena Bonham Carter et l’équipe d’animateurs derrière la Reine Rouge, un personnage de synthèse assez convainquant pour qu’on oublie par moments qu’il l’est ; un peu comme Gollum dans le Seigneur des Anneaux.

Ce qui m’emmène au principal défaut de ce film : on a l’impression de regarder un nouveau Seigneur des Anneaux ou un Narnia… Burton n’a pas voulu réinterpréter une nième fois le livre de Lewis Carroll et a préféré créer sa propre histoire : celle d’une Alice de 19 ans qui revient au Pays des Merveilles pour réaliser une prophétie, mais, en fin de comptes, ça n’a rien d’original.

Allez quand même le voir, par contre. Si vous y allez sans expectatives, comme moi, je vous garantis que vous allez passer un bon moment. Si vous avez des enfants qui n’ont pas peur des méchants dragons, ils risquent de bien aimer aussi.

J’ai vu… Le Guerrier Silencieux (Valhalla Rising)

Et j’ai rien compris !

Non pas parce que Le Guerrier Silencieux est un film danois ; il est en anglais. Non, c’est surtout parce que sur 1h30 de film il doit y avoir 30 minutes de dialogue, le personnage principal (enfin, je pense que c’est lui) doit prononcer 2 phrases maximum, le gamin qui traine avec lui doit en avoir 5 et de toutes manières les phrases ne font pas vraiment partie de vraies conversations.

J’avoue que je me suis endormi pendant quelques minutes, donc il aurait pu se passer quelque chose pendant ce temps là, mais comme je n’étais pas seul au ciné, vu les réactions des autres, je suis assez sûr que ce n’étais pas le cas. D’ailleurs, je n’ai jamais vu autant de monde quitter une salle de ciné avant la fin du film.

Comme d’habitude, je ne vais pas vous déconseiller d’aller le voir, mais si vous y allez et vous y comprenez quelque chose, je vous paie un Starbucks pour que vous m’expliquiez tout ça.

J’ai vu… Shutter Island

J’ai attendu une semaine, parce que je voulais aller voir Shutter Island avec les amis, mais ils étaient à Londres le weekend de la sortie.

J’y suis allé comme d’habitude, sans savoir de quoi ça allait parler ou même que ça durait 2h15. J’ai vu “Scorsese”, “DiCaprio”, “Kingsley” et une bande-annonce sympa ; je me suis dit que ça vaudrait le coup.

En fait, non.

Enfin, j’ai trouvé que techniquement le film est bien fait : filmé d’une manière assez particulière, dans un cadre très sympa (j’ai adoré l’île, je pourrais bien y habiter s’il y avait du haut débit) et avec une ambiance sonore intéressante.

Par contre, le film est juste trop long et l’histoire assez passionnante pour que j’aie eu le temps de dormir quelques minutes sans avoir eu l’impression de rater quelque chose. En fait, dès la première scène j’ai eu l’impression d’être devant un—certes très long—Scooby Doo, dans lequel on a une bonne idée de la fin dès le début.

C’est dommage, parce que je pense que le même film, 30 minutes plus court (en gros, un rythme plus rapide et un peu moins de “bla, bla”) aurait pu être un excellent thriller.