Mes premiers points de suture

Il a fallu attendre presque 30 ans, malgré ma propension aux accidents, pour mes premiers points de suture ; deux petits points sur la face dorsale de la première phalange du cinquième doigt de la main droite.

Qu’est-ce que j’ai encore fait ?

L'arme du crime Je rentrais tranquillement du boulot à vélo quand un scooter qui roulait sur le trottoir pour regagner la route me coupe le passage*. Et là, une perfect storm de problèmes matériels, mauvais réflexes et imprudence a fait que le bout du guidon—et mon petit doigt—n’ont pas pu éviter la barrière de chantier qui se “cachait” derrière le scooter.

“Ça va ?” demande le cycliste derrière moi. “Oui, oui, ça va aller,” j’ai répondu, mais un aperçu des tendons lors d’un examen plus détaillé de mon petit doigt m’a fait changer d’avis et je me suis arrêté aux urgences de l’hôpital Lariboisière qui, c’est pratique, se trouvait sur le chemin.

En 30 minutes j’ai fait mon admission et je suis vu par un infirmier qui confirme que je vais avoir besoin de sutures. Une heure et demie plus tard, un docteur avait fait le nécessaire. Voilà des photos pour les curieux :

Cliquez pour en voir d'autres

(En fait, j’ai changé d’avis. Pour éviter de perturber les âmes sensibles, il faut cliquer sur la photo tout public ci-dessus pour voir le reste)

Je tiens, au passage, à remercier le personnel de l’hôpital pour le très agréable service malgré les circonstances.

Alors, que s’est-il passé ? C’est quoi ce perfect storm ?

Le souci matériel vient du Vélib’, qui, comme souvent, n’avait pas d’assez bons freins. Les réflexes, c’est moi. J’aurais dû pouvoir, à défaut de freiner devant le scooter, le contourner et éviter la barrière, mais je devais avoir encore la tête ailleurs et n’ai pas réagi convenablement. Ce qui nous emmène à l’imprudence, encore moi ; je roulais sûrement trop vite pour un vélo avec des freins en mauvais état. (J’en connais un qui va être content de me lire admettre que je roulais trop vite…)

Bilan :

  • La piste cyclable entre Gare de l’Est et l’Hôpital Lariboisère a été décorée de grosses gouttes de mon sang pendant au moins une nuit. Art moderne ?
  • Le vélo que j’ai laissé à la station devant l’hôpital aussi. J’espère, d’ailleurs, que si quelqu’un a essayé de la prendre après moi, malgré le fait que j’aie tourné le siège, il se soit rendu compte de l’état du guidon avant de le prendre avec ses mains…
  • J’ai passé deux heures à l’hôpital que j’aurais préféré passer sur l’application sur laquelle je bosse en ce moment ; c’est pas comme si j’avais du temps en rab pour la finir.
  • J’ai un petit doigt qui fait la taille de mes deux pouces réunis, ce qui va rendre ledit développement encore plus compliqué qu’il ne l’était déjà…
  • Mais dans l’ensemble, je vais bien 🙂

* Malheureusement, c’est quelque chose qui m’arrive tout le temps : scooters et les motos qui démarrent sur le trottoir où ils étaient garés et qui traversent les pistes cyclables sans regarder pour regagner la route.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s