En vrac lundi 9 janvier 2012

Une de mes « résolutions » pour 2012 c’est d’écrire plus ici et perdre moins mon temps ailleurs (je passe sur les détails). Comme tous les jours je lis des tonnes d’information, je me suis dit que j’allais tester le format « en vrac » et vous en faire un résumé ici. C’est un test, on va voir ce que ça donne.

Commençons par une nouveauté Windows Phone 7 qui date de quelques jours : l’ouverture des marchés Argentine, Chine, Indonésie, Malaisie, Pérou et Philippines. Ça fait donc 41 marchés disponibles pour la publication de vos applications WP7 ! Alors que pour certains cette nouvelle est particulièrement intére$$ante, pour moi ce qui m’attire le plus c’est les nouveaux défis des concepteurs d’applications. Le développement globalisé impose d’être de plus en plus culture-sensitive, ce qui est loin d’être évident. Prenez, par exemple, les nouvelles restrictions à prendre en compte si vous visez les marchés chinois, indonésien ou malaisien :

  • People in revealing clothing or sexually suggestive poses
  • Religious references
  • Alcohol references
  • Sexual or bathroom humor
  • Simulated or actual gambling

C’est moi qui ai surligné certains mots clés qui pourraient ne pas être évidents pour les développeurs W.E.I.R.D.

 

Une mauvaise nouvelle en rapport avec Windows Phone, par contre : l’équipe à annoncé sur leur blog qu’ils arrêtent le service Where’s My Windows Phone Update? qui annonçait la date de sortie des mises à jour du système d’exploitation. Ce manque de transparence indiquerait-il le début de la fragmentation sous WP7 ?

Ensuite, une autre nouvelle de chez Microsoft, mais Microsoft Research cette fois-ci. Il s’agit du projet Vermeer, un affichage en 3D dimensions visible sur 360° par multiples utilisateurs simultanés, sans nécessité de lunettes ou autres accessoires. Ah, et j’oubliais, il est possible d’utiliser ses mains pour interagir avec. Une vidéo vaut plus que tous mes mots :

Dans un registre un peu différent, la NASA annonce le lancement de code.NASA.gov, un portail pour exposer les différents projets open source de l’agence américaine et encourager la participation du public. C’est une version alpha du site ; toutes les fonctionnalités (genre, contrôle de codes sources distribué) ne sont pas encore là, et je pense que tous les projets me dépassent, personnellement, mais je trouve l’initiative excellente. J’aimerais bien que mes impôts soient utilisés comme ça, moi.

Alors que CES n’a même pas commencé, mon Google Reader est déjà rempli d’annonces pour la plupart inintéressantes (qu’est-ce que j’en ai à faire d’une télé qui coûte €6000 ?), mais Engadget a publié des photos d’un truc que je dois partager ici : le Thermador Freedom. Il s’agit d’une table de cuisson à induction qui vous permet de poser vos casseroles et autres ustensiles où vous voulez, détectant leur forme et placement et vous permettant de régler la température de chacune selon leur position.

Autant la 3D je m’en fous royalement, autant pour un truc comme ça je suis prêt à payer les $4949 que ça va apparemment coûter lors de sa sortie cet été. Je vous laisse cliquer sur la photo pour aller chez Engadget pour plus de détails et de photos.

Encore une nouvelle CES, la société Vizio qui est apparemment connue pour ses produits home cinema, se lance dans le marché des PCs voulant concurrencer Apple en proposant un truc que l’on voit rarement : des jolis PCs !

J’espère que la qualité matérielle et les performances seront à l’appel aussi. En revanche, s’ils pouvaient éviter les prix Apple, ce serait sympa.

Enfin, un article qui pourrait être mal pris, mais avec lequel je suis plutôt d’accord. Vint Cerf déclare dans un édito du New York Times qu’Internet n’est pas un droit fondamental. Je trouve que cet extrait résume assez bien l’article (que je vous encourage à lire tout de même) :

It is a mistake to place any particular technology in this exalted category, since over time we will end up valuing the wrong things. For example, at one time if you didn’t have a horse it was hard to make a living. But the important right in that case was the right to make a living, not the right to a horse. Today, if I were granted a right to have a horse, I’m not sure where I would put it.

Et voilà un résumé de mes lectures de la journée, en vrac. Si ça plaît, je continuerai. Si ça ne plaît pas, je vais probablement continuer quand même, juste pour l’exercice. La fréquence et la longueur dépendront de plein de choses, on verra donc avec le temps comment ces billets évoluent.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s